• Icovape

Julien Bovy, le gérant de VAPORUS




ICOVAPE VOUS DONNE LA PAROLE


• Comment êtes-vous arrivé à la vape à titre personnelle?

"Cela remonte à 2015. J’étais, à cette époque là, un très gros fumeur, un bon paquet par jour, et parfois le double les WE. Cela faisait des années que j’essayais d’arrêter : tabaccologue, patches, hypnose, etc. Des mini-succès de quelques mois, et rechutes systématiques. Bien qu’écoeuré par le tabac (les odeurs, les sifflements, la toux, le manque de souffle), je continuais d’ignorer la solution cigarette électronique.  J’avais toujours été sceptique quant à son efficacité, cela me semblait compliqué, de plus, je n’aimais pas trop le « concept », je m’en moquais même, jusqu’à considérer les vapoteurs comme des fumeurs qui ne s’assumaient pas.  Et puis, complètement par hasard, en attendant ma compagne, je me suis retrouvé devant une boutique de vape, et pour faire passer l’attente, j’y suis entré. Je n’y connaissais absolument rien, je ne m’y étais jamais intéressé. Je me souviens que le vendeur était à l’écoute et m’a fait essayer une ego one. J’ai instantanément été bluffé par son efficacité et le rendu, on était vraiment pas loin de la sensation de fumer une clope. L’objet me plaisait aussi. J’avais tout à coup le sentiment que je pouvais sortir du Moyen-âge. Mais je n’ai pas acheté. J’ai beaucoup réfléchi pendant les heures qui ont suivies. Et pourquoi ne pas essayer ? J’ai surfé sur le Net à la pêche aux infos. J’ai de suite été conquis par l’engouement des utilisateurs qui partageaient leurs expériences et transmettaient avec beaucoup d’enthousiasme leur vie d’ex-fumeur. Je suis retourné à la boutique pour acheter ma première ecig, c’était le 25 juin 2015. Depuis, je n’ai plus jamais fumé une cigarette.


• Au niveau professionnel?

Dès les premiers jours de vapotage, en constatant la facilité avec laquelle je parvenais à ne plus fumer, j’en ai fait une idée fixe. Je ne pensais plus qu’à ma vape en la considérant comme un objet miraculeux, je la sacralisais. J’étais convaincu que je ne fumerais plus jamais grâce à elle. Je l’ai très vite considérée comme un moyen formidable en terme d’amélioration de la santé publique. Il fallait que d’autres fumeurs puissent découvrir cet outil extraordinaire. Je désirais aussi apporter ma pierre à l’édifice. J’étais alors fort inspiré par le blog de Sébastien Béziau (Vap’you et différents groupes sur FB). C’est alors que j’ai commencé à faire beaucoup de recherches, que je suis allé visiter différentes boutiques, que j’ai contacté des gens du secteur. De fil en aiguille, porté par mon exaltation, mais aussi par l’envie de changer de métier, de pratiquer une activité pro plus utile, j’ai pu mettre en place l’ouverture de ma première boutique. C’était le 28 novembre 2015.


• Comment voyez-vous l'évolution de la vape?

Malheureusement avec énormément d’inquiétude. L’acharnement médiatique, le manque de connaissances du corps médical, les précautions prises par les politiques, la pression des lobbies pharma et tabac. Les enjeux financiers tellement colossaux que représentent ces secteurs font que nous auront pour longtemps encore des entraves sérieuses qui empêchent la juste reconnaissance que la vape mérite. Ce sont souvent des personnes qui ne sont pas réellement concernées ou ignorantes (Catherine Fonck - députée fédérale en Belgique, anti-vape acharnée) qui font le plus de tort, qui prennent des mauvaises décisions en méconnaissance de cause.


• Quelles sont vos attentes pour les prochaines années?

Que le réseau des boutiques spécialisées puisse être reconnu comme un réseau professionnel. Que chaque employé maîtrise son sujet de façon à prodiguer les meilleurs conseils. Cela veut dire, un passage obligé par une formation. Que le secteur soit de mieux en mieux régulé car nous parlons ici de santé publique, mais avec des réglementations cohérentes pensées par un ensemble de spécialistes et d’experts. Que l’on puisse sortir de la diabolisation de la nicotine par exemple. Que l’on arrête de vouloir priver une majorité de vapoteurs, ex-fumeurs, fumeurs d’accéder aux e-liquides aromatisés sous prétexte que ceux-ci offriraient une porte d’entrée au tabagisme chez les jeunes.  Que l’on distingue une fois pour toutes les produits du vapotage et ceux du tabac. Car cette industrie du tabac est sournoise, cynique et destructrice. C’est bien sûr elle qui me fait craindre le pire.


• Quelles sont les points qu'il vous semble important de défendre?

Notre liberté de choisir avec quoi et ce que nous vapotons.  Pouvoir être écouté par les autorités, être considéré comme un secteur essentiel en termes de santé publique. La crise du covid-19 l’a bien démontrée : les queues à n’en plus finir devant les boutiques de vape les jours précédant le confinement. Mais aussi les jours suivants le déconfinement, nous étions en présence de clients dont plus d’un tiers avaient repris la cigarette car plus d’accès au liquides ici en Belgique. Nous avons été pendant ces moments-là considérés comme des sauveurs.  Remettre les choses à leur place quand on parle de la vape et des jeunes. Dans nos boutiques, 98% des clients sont des ex-fumeurs. Je ne vois pas où sont ces fameux jeunes, il s’agit d’un épiphénomène. Et c’est à cet endroit que l’industrie du tabac cherche à nous nuire. En créant l’amalgame entre les produits du vapotage et leurs produits sciemment ciblés vers les jeunes afin que tout notre secteur en soit impacté. C’est très malin et bien vicieux.


• Pourquoi soutenez-vous Icovape?

Le secteur est dissocié et donc fragile, essentiellement face à tous ses détracteurs, adversaires, anti, etc. Son potentiel de développement est énorme. Il fait craindre des pertes de revenus conséquentes sur des marchés empiriques tels que la pharmacie, le tabac, et bien sûr les taxes pour les états. Mais il représente un tel marché qu’il suscite autant les convoitises que les adversités. Il est plus que jamais nécessaire de rendre le secteur plus mature. En France il existe bien des organisations qui font déjà une partie du boulot -ce qui n’est pas du tout le cas en Belgique- : la Fivape, Sovape, Aiduce… Il est souhaitable et bienvenu qu’une nouvelle organisation participe à la défense de nos droits de vapoteurs, à la reconnaissance de l’efficacité d’un outil incroyable qui s’est développé grâce à un réseau d’indépendants, avec un angle différent et une approche positive mais structurée et réfléchie. Pour une vape saine et pérenne."


Julien Bovy - Fondateur VAPORUS Belgique (réseau de 3 boutiques)




ICOVAPE GIVES YOU THE FLOOR


• How did you come to be so dismissive of me personnally ?

"That was in 2015. At that time, I was a heavy smoker, a good pack a day, and sometimes double that on the weekends. I'd been trying to quit for years: tabaccologist, patches, hypnosis and so on. Mini-successes of a few months, and systematic relapses. Although disgusted by tobacco (smells, whistling, coughing, shortness of breath), I continued to ignore the electronic cigarette solution. I had always been skeptical about its effectiveness, it seemed complicated, moreover, I did not like the "concept" too much, I even made fun of it, to the point of considering the vaporizers as smokers who did not assume. And then, completely by chance, while waiting for my girlfriend, I found myself in front of a shop where I could buy some steamers, and to make the wait go by, I went in. I knew absolutely nothing about it, I had never been interested in it. I remember that the salesman was listening and made me try an ego one. I was instantly bluffed by its efficiency and the result was really close to the feeling of smoking a cigarette. I liked the object too. I suddenly had the feeling that I could get out of the Middle Ages. But I didn't buy it. I thought a lot in the hours that followed. And why not try it? I surfed the Net fishing for information. I was immediately won over by the enthusiasm of the users who shared their experiences and enthusiastically shared their lives as ex-smokers. I went back to the shop to buy my first ecig, it was June 25, 2015. Since then, I have never smoked a cigarette again.


• Professionally ?

From the very first days of vaporizing, when I noticed how easily I managed to stop smoking, I made a fixed idea of it. All I could think about was my vapour, considering it as a miraculous object, I made it sacred. I was convinced that I would never smoke again thanks to it. I very quickly saw it as a great way to improve public health. It was necessary that other smokers could discover this extraordinary tool. I also wanted to do my part. I was then very inspired by Sébastien Béziau's blog (Vap'you and different groups on FB). That's when I started to do a lot of research, went to visit different shops, contacted people in the industry. One thing led to another, driven by my exaltation, but also by the desire to change my job, to practice a more useful professional activity, I was able to set up the opening of my first shop. It was on November 28, 2015.


• How do you see the evolution of the vape ?

Unfortunately with great concern. The relentless media coverage, the lack of knowledge of the medical profession, the precautions taken by politicians, the pressure of the pharmaceutical and tobacco lobbies. The huge financial stakes that these sectors represent mean that we will continue to have serious obstacles for a long time to come that prevent the fair recognition that valour deserves. It is often people who are not really concerned or ignorant (Catherine Fonck - Member of Parliament in Belgium, fierce anti-volape) who do the most damage, who make bad decisions in ignorance of the cause.


• What are you expectations for the next few years ?

That the network of specialized boutiques can be recognized as a professional network. That each employee masters his or her subject in order to provide the best advice. This means that training is essential. That the sector is increasingly better regulated, because we are talking about public health, but with coherent regulations designed by a group of specialists and experts. That we can get away from the demonisation of nicotine, for example. Let us stop trying to deprive the majority of vaporisers, ex-smokers and smokers of access to flavoured e-liquids on the pretext that these would provide a gateway to smoking among young people. Let us distinguish once and for all between vapor products and tobacco products. Because this tobacco industry is devious, cynical and destructive. Of course, it is the tobacco industry that makes me fear the worst.


• What are the points you think are important to defend ?

Our freedom to choose what and what we spray with. Being able to be listened to by the authorities, being considered an essential sector in terms of public health. The covid-19 crisis demonstrated it well: the endless queues in front of the vape shops in the days leading up to containment. But also in the days following the deconfinement, we were in the presence of customers, more than a third of whom had taken up smoking again because there was no more access to liquids here in Belgium. We were during these moments considered as saviours. Putting things in their place when we talk about the vape and young people. In our shops, 98% of the customers are ex-smokers. I don't see where these famous young people are, it's an epiphenomenon. This is where the tobacco industry is trying to harm us. By confusing the products of the tobacco industry with their products deliberately targeted at young people so that our entire sector is impacted. It is very clever and very vicious.


• Why do you support Icovape ?

The sector is dissociated and therefore fragile, essentially in the face of all its detractors, opponents, anti, etc.. Its development potential is enormous. It raises fears of significant revenue losses on empirical markets such as pharmaceuticals, tobacco, and of course taxes for the states. But it represents such a market that it arouses as much covetousness as adversity. It is more than ever necessary to make the sector more mature. In France there are many organisations that already do some of the work - which is not at all the case in Belgium -: Fivape, Sovape, Aiduce... It is desirable and welcome that a new organisation participates in the defence of our rights as vapoteurs, in the recognition of the effectiveness of an incredible tool that has developed thanks to a network of independents, with a different angle and a positive but structured and thoughtful approach. For a healthy and sustainable steamer."


Julien Bovy - Founder VAPORUS Belgium (network of 3 shops)

0 vue

Press 

 

© 2019 Icovape

Any reproduction, even partial, must be authorized in writing.

Vaping_Post_fond_foncé_2.png
PGVG_fd nr.png
  • Facebook - White Circle
  • Twitter Icône sociale
  • Instagram
  • LinkedIn Social Icône

111 avenue Victor Hugo - 75016 - Paris - France

contact@icovape.com | Tel: +33(0)6-88-39-35-03